SÉNÉGAL QUI ES-TU?

6 réponses

  1. le chaman dit :

    Je souscris pleinement à ce vibrant plaidoyer pour la réussite dans l’avenir de ce pays.
    P.S. je crois que l’imam Gazaoui dont il est fait mention, est le fondateur du Soufisme dont est issu la pratique religieuse au Sénégal- Et ailleurs dans le monde-

    • issa gibb dit :

      L’Imam Ghazali (ou Algazel en Occident) né 1058 en Perse (Iran), Soufi d’origine persane, est un personnage emblématique de la culture musulmane. Il est issue d’une famille soufie (père et oncles) qui façonneront son soufisme toute son enfance , avant de devenir un grand philosophe musulman
      Mais en 1095, suite à une crise spirituelle et déçu par la recherche d’une vérité philosophique finale : il s’opposera dès lors, à la philosophie néo-platonicienne (Platon)et aristolienne (Aristote) d’Avicenne (980-1037) philosophe et médecin perse dont les théories dominaient l’Islam en Perse à l’époque et Ghazali se tournera vers un mysticisme profond dans son soufisme, devenant un mystique dogmatique.
      L’Iman Ghazali meurt en 1111, à 53 ans en Perse. Il a inspiré les philosophes médiévaux comme : le philosophe musulman Averroès (1126-1198) de Cordoue en Andalousie, Espagne, la philosophie religieuse de l’italien (Saint) Thomas d’Aquin (1125-1174), le thomisme… Puis, à la Renaissance, il a inspiré l’écrivain humaniste italien Dante (1265-1321), le chef de la philosophie moderne, le rationaliste français Descartes
      (1596-1650) et le leader de la philosophie empiriste, l’anglais David Hume (1711-1776)…

      Le Soufisme existe depuis la révélation prophétique de l’Islam.
      Donc, c’est le Prophète Mahomet ou Muhammad qui est considéré comme le fondateur et le propagateur du Soufisme au 8° siècle au Moyen-Orient (Iraq).
      Courant mystique, ascétique et ésotérique de l’Islam, c’est une voie d’élévation spirituelle par le biais d’initiations ou « Tariqas » qui désignent les confréries musulmanes qui rassemblent ses adeptes ou ses fidèles autour d’un guide spirituel ou un Saint et pratiquent l’invocation d’Allah (Dieu).
      Le Soufisme existe dans les 2 branches des musulmans, Sunnites et Chiites avec des formes et des pratiques différentes. Le Soufisme considéré comme une pratique d’un Islam modéré est en contradiction avec le Salafisme ou le Wahhabisme qui sont souvent confondus, mais qui se ressemblent tant par leurs rigorismes.

      Les principales confréries soufies sont :
      – La Quadiriyya, la plus ancienne, fondée en 1166, composée de 2 grands groupes : l’une au Moyen-Orient, l’autre en Inde…
      – Les Alevis : confrérie fondée au 13° siècle , formée de paysans et de nomades turkmèdes et kurdes de l’Empire Ottoman.
      – Les Bektaschis : confrérie fondée au 13 ° siècle, créée pour contrecarrer le pouvoir des Alevis, elle est formée d’artisans citadins et de soldats étrangers qui formeront les armées de janissaires de l’Empire Ottoman, en s’éloignant de la Foi pour les carrières militaires.
      – Mawlawiyya ou Ordre Mevlevi plus connu sous le nom des « Derviches Tourneurs » fondée au 13° siècle par Djalal-Al-Din Rumi (1207-1273) poète persan musulman reconnu principal interprète du Soufisme (Turquie).
      – Naqshbandiyya ou Ordre « Sobre », principal ordre soufi sunnite fondée en 1380, existant au Daghestan, au Turkménistan, en Afghanistan (pas les talibans) et en Chine
      – Tijaniyya, fondée au 18° siècle au Maghreb, elle se développe en Afrique Subsaharienne avec El Hadj Oumar Tall (1794- 1864) et avec le Maodo Malick Sy (1855-1922), fondateur de Tivaouane au Sénégal où 70 % de la population est tidjane. Les diverses autorités des familles tidjanes du Sénégal affaiblissent l’autorité centrale de la Tidjanie au Sénégal au détriment de la confrérie mouride, plus structurée et centralisée…
      – Mouridiyya, crée par Ahmadou Bamba Mbacké (1853-1927), cousin du tidjane Malick Sy, fondateur de Touba en 1887 au Sénégal où sa confrérie mouride compte désormais 30% de la population sénégalaise.
      Plus affairistes que religieux, les mourides sont très puissants au Sénégal, même politiquement. On assiste aussi, dans leurs rangs à des dérives importantes, comme chez les Baye-Fall qui abandonnent le travail des champs pour la mendicité citadine avec harcèlement et la consommation d’alcool et de drogues (ganja) lors de leurs chants religieux nocturnes et monocordes qui en font chier, beaucoup, au Sénégal… Ou les Thiantacounes qui ont dévasté les rues de Dakar en 2012 sur l’ordre de leur leader Cheikh Béthio Thioune, l’ogre aux 7 voitures, aux 7 maisons et aux 7 femmes, décédé en 2019. Pas un grand exemple de Religiosité pour l’Islam…. Les mourides sont aussi présents et puissants en Gambie, ainsi que leur diaspora dans le monde.
      – Sanousiyya, créée au début du 19° siècle, en Lybie. Mais la confrérie s’est rapidement éloignée du soufisme pour prôner un exotérisme de réforme islamique comme le Wahhabisme d’Arabie Saoudite ou le Mahdisme du Soudan.
      – Madaniyya, fondée au 20° siècle en Tunisie. Elle se revendique reliée au Prophète Mahomet par une chaîne de transmission depuis 15 siècles…
      – Après son fondateur, le Prophète Mohamet (570-632), c’est le philosophe et mystique Ibn Arabi (1165-1240)
      qui est considéré comme le plus grand maître du Soufisme avec ses écrits sur le Coran (Iraq)…

      Le Soufisme qui représente un Islam tolérant et ouvert, est en contradiction avec le Salafisme qui prône un Islam rétrograde et dur, la lutte contre les valeurs occidentales (mécréants infidèles), la création d’un Etat Islamique mondial et le Djihad qui va jusqu’à justifier le terrorisme pour y parvenir…
      De nombreux groupes musulmans, même des musulmans considèrent que la maraboutisme en Afrique et que le fakirisme musulman en Inde sont inacceptables dans l’Islam… Tout comme, l’orthodoxie musulmane considère les mourides sénégalais comme une secte qui prie leur guide Serigne Touba au lieu de prier Allah !
      Quand à l’Esclavage des Enfants Talibés par les marabouts Soufis sénégalais… Pas un mot ! Comme tous les autres, de part le monde…Il est vrai que le statut des Femmes et des Enfants, les font considérer comme des êtres inférieurs à la toute puissance des Hommes en Islam… Inch Allah ???

      • issa gibb dit :

        Correction : De nombreux groupes musulmans, même des musulmans Soufis considèrent que le maraboutisme en Afrique et que le fakirisme musulman en Inde sont inacceptables dans l’Islam…

  2. Xx dit :

    J’aime bien les écrits de Ciré Aw, il énonce des choses vraies et justes, absolument conformes à la réalité quotidienne de ce pays.
    J’espère que beaucoup de Sénégalais/es s’intéressent à ses écrits, prenant ainsi conscience de leur environnement (religieux et politique), et de leur pouvoir aussi à changer les choses dans leur vie quotidienne, s’ils le veulent véritablement…

  3. Réginald Groux dit :

    Bravo pour cet article qui a le mérite d’être bien écrit et de dire les choses sans prendre de gants. S’émanciper des servitudes religieuses, politiques, claniques, n’est pas chose simple. En prendre conscience est déjà un premier pas vers la liberté.

  4. Bernard dit :

    ‘‘Détronnez tout imam dont vous voyez la fortune s’accroître et confisquez l’ensemble de ses biens ; combattez-le et expulsez-le s’il s’entête« = le résumé de cet excellent article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :