DRAME AUX ÎLES DE LA MADELEINE

3 réponses

  1. Stéphane dit :

    Quelle précision! Des dizaines sur une pirogue

  2. amy dit :

    Tous équipés de gilets de sauvetage, je présume, puisque l’article n’en parle pas. et pilotés par un professionnel dans des conditions météo prévues

  3. issa gibb dit :

    Oui toujours, les mêmes tares d’un accident mortel en pirogue au Sénégal avec le manquement à toutes les règles de sécurité : le non respect des conditions météorologiques en pleine saison de pluies, d’orages et de foudre, le manque de gilets de sauvetages par rapport au nombre de passagers, la non-obligation de faire porter les gilets de sauvetage aux piroguiers et aux passagers qui aurait pu empêcher des noyades et peut-être la surcharge de la pirogue comme au temps du Joola en 2002 ( Ce ferry assurant la liaison Casamance-Dakar qui transportait 2 000 passagers, alors qu’il ne pouvait en transporter que 550, c’est à dire 4 fois plus et il s’est retourné => 1 864 morts noyés)… La leçon ne semble toujours pas avoir été comprise au Sénégal en 2019, 17 ans après => 4 morts et 3 disparus…
    On parle aussi, que le bilan des disparus pourrait s’alourdir, car le pointage des passagers n’a bien sur, pas été fait ! Et aussitôt après le drame, les rescapés s’en sont pris aux autorités étatiques ???
    Alors que les responsables d’Irresponsabilité sont en premier lieu, les organisateurs et les piroguiers pour avoir négligés une fis de plus, les règles élémentaires de sécurité… et en second lieu, les passagers eux mêmes, en montant dans ses embarcations, surchargés et sans gilets de sauvetage…
    A jouer aux cons pas-finis, çà peut finir très mal ! Condoléances aux familles
    Sans oublier, les centaines de pêcheurs sénégalais qui périssent en mer, en s’éloignant de plus en plus des côtes, faute de poissons par la razzia des tankers étrangers avec la complicité des gouvernements successifs sénégalais contre de grosses enveloppes qui ne vont pas au Trésor du pays…
    A mille lieux, de la volonté étatique pour la sécurité des pêcheurs sénégalais et leurs futurs orphelins, ainsi que pour la préservation des ressources halieutiques du pays, première réserve et survie alimentaire du peuple sénégalais… Chercher l’erreur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :