LE SÉNÉGAL, UN PAYS SI MAL GÉRÉ

4 réponses

  1. Durand Michel dit :

    Bonjour,
    J’ai passé plusieurs années au Sénégal et j’ai apprécié la qualité des fruits et des légumes produits. Je suis toujours révolté lorsque je vois sur les étales des commerçants français mangues, ananas et autres produits dits tropicaux en provenance du Costa Rica ou du Pérou. Des tonnes de fruits transportés, par avion, pendant plus de 15 heures, alors que l’on nous culpabilise chaque jour sur l’écologie et l’empreinte carbone. Nos politiques français sont aussi responsables. Un accord bi-latéral entre nos deux pays est-il si difficile à réaliser.
    Amitiés

  2. D. Bâ dit :

    La pêche en haute mer est autorisée à certains bateaux étrangers moyennant finances, et tout le monde sait que les conditions du « marché » ne sont pas forcément respectées… les producteurs locaux de fruits et légumes ont du mal à écouler leurs marchandises, alors que le pays en importe des tonnes… les producteurs locaux de lait sont bien plus taxés que les produits laitiers importés… On peut donc légitimement se poser la question de savoir à quoi servent les ministères dédiés ? car apparemment aucun d’entre eux ne semble réellement s’intéresser aux véritables problèmes liés à leur « expertise »… et pendant ce temps-là, le pays et ses habitants souffrent encore et encore… jusqu’à quand ces derniers vont-ils attendre pacifiquement qu’on veuille bien, enfin, s’occuper de leurs difficultés et les aider dans leur dur labeur ?
    Et pendant ce temps-là, on construit à tout va des édifices de haut ou de très haut standing, on construit même en « zone protégée », on détruit la nature (déforestation notamment), on rafistole des plages qui seront tôt ou tard englouties par les eaux, on veut devenir incontournable dans le secteur touristique !… Quelle gabegie ! Quelle formidable puissance d’inertie ! Quelle prétention ! Quel mépris pour le pays ! Quelle insolence vis-à-vis de ceux qui triment dur chaque jour et n’en peuvent plus…

  3. Pdp dit :

    Le gouvernement a certes sa part de responsabilité mais les producteurs, notamment en casamance, devraient changer de mentalité; Ils peuvent créer des coopératives, s’organiser pour mettre en place une filière d’approvisionnement sur Dakar surtout avec la mise en place des 3 bâteaux. Mais ils ne savent pas s organiser et c est toujours qui tirera la couverture à lui; il y a non seulement la mangue mais aussi les agrumes; Quelle honte quand en janvier on ne trouve que des oranges en provenance du Maroc (produit traité!) à Dakar et rien du casamance; Point de vue qualité et goût il n’y a pas photo; Dégustez un jus d’orange frais en casamance, c est une pure merveille

  4. Beatrice BRUN dit :

    On ne peut pas toujours mettre tout sur le dos de l’ Etat !
    Que les producteurs s’organisent en créant comme le dit très justement, PDP, des coop, des Amap comme en France, (ça marche très bien) ❗

    Maintenant il y a le problème de jouer « Collectif ».
    Et çà c’est une autre paire de manches au Sénégal !

    (également entièrement d’accord avec D. BA) 👍

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :