OPÉRATION PROPRETÉ SÉNÉGAL

3 réponses

  1. Xx dit :

    B R A V O !!! attendons la suite de ce projet pharaonique…

  2. issa gibb dit :

    L’initiative est belle, mais le résultat ???
    Macky Sall palabre toujours très bien, mais la réalité et les actions sur le terrain sont inexistantes :
    Il y a des distributions de poubelles aux communes pour récolter les déchets dans les quartiers : NON !
    Il y a des achats de camions bennes pour les communes pour ramasser les déchets des habitants : NON !
    Il y a des constructions prévues de centres de tri des déchets et /ou de destruction des déchets : NON !
    Pourtant, c’est le B-A = BA d’une vraie politique de salubrité publique et de gestion des déchets dans un pays de 15 millions d’habitants où on doit l’avouer, c’est l’anarchie de l’incivilité sur ce phénomène… Avec une Education Nationale et les écoles qui ne jouent pas un grand rôle pour sensibiliser les nouvelles générations à ce grave problème… Pour l’instant : on peut conclure que le Sénégal est un pays particulièrement sale et dégueulasse et que les Sénégalais qui jettent tout partout, aiment bien vivre dans leurs merdes… Y-a pas photo !
    Alors , Macky Sall nous fait encore le coup, comme en 2017 et 2018, de la lutte contre les sacs plastiques (ce qui est une bonne chose !) avec la confiscation de quelques importations de sacs plastiques (ce qui est une bonne chose ! )… Mais on connait déjà le résultat, des enveloppes aux douaniers et les sacs plastiques passeront les douanes et seront vendus et employés dans tout le Sénégal, comme chaque année… Car, il n’y a rien de prévu, en contrepartie pour palier à l’arrêt de l’utilisation des sacs plastiques et avec le risque que les déchets sont directement jetés dans les rues, sur les plages ou dans l’Océan, fautes de tout, même si çà se fait déjà, mais avec les déchets dans des sacs plastiques, pas bons du tout, du tout pour les poissons…
    Donc, cette nouvelle intervention du Président Macky Sall pour un « Sénégal Propre », c’est du vent ! C’est du flan !… Du palabre stérile, un effet d’annonce électoraliste , mais sans aucune volonté réelle, puisque rien n’est programmé pour assurer une gestion administrative, professionnelle et sérieuse des déchets dans le pays et encore moins pour éduquer les enfants à l’école, des spots publicitaires à la télé pour sensibiliser les citoyens et encore moins des sanctions contre les incivilités répétées… Du vent, du flan, vous-dis-je !

    Il y a une vidéo très intéressante, d’à peu près une heure qui court sur Internet en ce moment, depuis le 29 juillet 2019, où un français de 42 ans Johnny W…, pêcheur de son état depuis l’âge de 16 ans, à l’Île d’Oléron en France qui vient passer une quinzaine de jours, dans une famille sénégalaise dans le quartier des pêcheurs à Saint Louis pour découvrir les techniques de pêche au Sénégal…
    Dans cette vidéo, alors que ce Johnny se baigne avec le père de la famille sénégalaise (Radim), il voit une femme sénégalaise venir jeter son sac de déchets dans l’océan et puis, une autre… Manège incivique par excellence, il interpelle son logeur Radim qui avoue que çà le choque lui aussi ??? Mais que c’est aux autorités de gérer ces comportements : C’est le « toujours les autres » à prendre ses responsabilités, bien connu chez les sénégalais. Notre français Johnny interpelle alors, une autre femme sénégalaise qui vient aussi de jeter ses ordures dans l’océan, pour savoir pourquoi elle fait çà ??? Elle répond : « Parce que nous n’avons pas de poubelles, la Mairie nous en promet, mais quand ils sont élus, c’est fini, plus de poubelles ». ( Pour info : C’est Mansour Faye, le beau-frère du Président Macky Sall qui est Maire de Saint Louis) et la dame de surenchérir :  » La mer ramène les déchets sur la plage… Moi et mes enfants nous allons sur la plage et nous tombons souvent malades »… Alors qu’ils seraient plus judicieux, que tous ces actes individualistes d’incivilité, se regroupent pour mettre leurs déchets à un seul endroit de la plage, sans polluer toute la plage et pour obliger la Mairie à ramasser le tas d’ordures unique quand celui -ci est trop grand et qu’il fait tâche dans le décor… Mais plus cons à raisonner ainsi , tu peux mourir au Sénégal ???
    Cette vidéo très bien faite par le Site « ICI ET AILLEURS VOGAGES » intitulée « Va voir ailleurs, destination Sénégal », montre d’autres tares sénégalaises, même si il y a de très beaux moments d’amitié et de fraternité…
    Des tares comme la découverte d’une daara où 15 enfants talibés sont exploités dans la mendicité forcée pour un marabout (absent) et qui font vivre les 2 femmes du marabout, ses enfants et ses 2 assistants maraboutiques bien habillés, alors que ces pauvres gosses vivent en haillons, dans la crasse et une saleté ignoble avec des cafards plein les murs et dans la malnutrition pour se jeter comme des petits loups sauvages
    sur un os, affamés sur les boites de gâteaux achetés par le gentil pêcheur toubab qui se mettra finalement en colère contre l’assistant du marabout et partira écoeuré du système maraboutique que nous connaissons si bien, tellement il est cynique, pourri et inhumain dans tout le Sénégal …
    On assiste aussi à la dangerosité des méthodes de pêche des pêcheurs de Saint Louis, à leurs intrusions dans les eaux mauritaniennes aux risques de finir dans les prisons mauritaniennes, dans l’unique espoir de trouver des gros bancs de sardines en Mauritanie… Car les eaux sénégalaises ont été vidé de leurs poissons par la surpêche des tankers étrangers (Merci qui !)…
    On assiste aussi au traitement et à la vente des poissons, dans la saleté, la boue et le gazoil, à même le sol, qui te donne envie de gerber et qui choque notre pêcheur toubab respectueux des poissons qui lui font très bien gagner sa vie en France (pas loin de 6 000 €uros par mois) alors que la pêche au Sénégal, arrive à peine à faire survivre les familles de pêcheurs… Un autre secteur totalement abandonné à son sort par l’Etat sénégalais, mais largement racketté pour les licences des bateaux par ce même Etat sénégalais… En parallèle, on découvre la conne incompréhension des pêcheurs sénégalais sur les méthodes, la sécurité et les outils modernes de pêche occidentale, jouant les donneurs de leçon à un pêcheur professionnel toubab, en
    critiquant les treuils électriques pour remonter les filets, les GPS ou radars de mer pour ne pas se perdre en mer et être localiser par les secours maritimes, allant jusqu’à critiquer la perte de temps de l’emploi de la glace (qu’ils n’ont pas) pour conserver les poissons, alors qu’ils risquent leurs vies à chaque sortie en mer et que leurs prises puent très vite… Plus cons et rétrogrades, fermés au modernisme par simple ignorance du « Je ne sais faire que comme çà, mais je suis orgueilleusement le meilleur », tu meurs ! En mer…

    Et pourtant, certains sont si doués, on assiste à la réparation d’un aileron de moteur du bateau de Radim
    avec des cannettes d’aluminium (inexistant au Sénégal) ramassées par les enfants talibés dans les poubelles et revendues 37 francs cfa le kilo au ferrailleurs qui rêvent tous, d’aller en €urope et dont certains sont à leur 4ème tentative, tellement il n’y a aucun espoir d’amélioration dans leurs conditions de vie et celles de leurs familles au Sénégal… Ces gens ont des mains en OR et si l’Etat sénégalais construisaient des usines, ces mains en OR auraient des emplois et feraient des merveilles pour le développement du pays… Mais, l’Etat Sénégalais est trop occupé à se remplir les poches, en permettant l’installation d’usines russes de transformation du poisson qui emploient que des ouvriers russes et qui polluent le fleuve Sénégal sans retour et des usines chinoises de conditionnement du poisson qui emploient que des ouvriers chinois en polluant tous les sites voisins et assurant la déforestation de bois précieux de la Casamance en toute impunité, sans retour, mais avec de grosses enveloppes aux grandes salopes sénégalaises, mais aussi gambiennes pour utiliser le port de Banjul…
    On effleure aussi l’esclavage domestique des fillettes dans les familles sénégalaises, avec la petite Raki âgée de 10 ans, fille de Radim qui assure toute seule, le repas des adultes et donc, la condition de la femme au Sénégal, en général, alors que les jeunes garçons ne foutent rien, à part jouer au football ou à la lutte (pour ceux qui aiment, avec le « gri-gri gagnant » du marabout en prime) sur la plage, toute la journée…
    Enfin, quand Johnny, ce gentil pêcheur français leur montre sur son ordinateur portable, sa femme et sa fille restées à Oléron, sa petite villa louée, mais toute équipée, sa terrasse, son barbecue et sa pelouse impeccable : un gros malaise s’installe dans la famille sénégalaise logeuse… Ils ne peuvent pas croire qu’un pêcheur puisse être si riche ???… Même, l’explication de Johnny que la majorité des français vivent comme cela, dans le confort, mais pas dans le luxe et la richesse, ils n’arrivent pas à comprendre que c’est bien l’Etat sénégalais et les marabouts complices à les soumettre, sont ceux qui les tiennent et qui les laissent dans leurs merdes… Cette gêne soudaine est difficile à analyser : Jalousie ou sentiment d’infériorité, tout d’un coup ??? Mais comme le dit, Johnny à l’écart, le regard de toute la famille sénégalaise a changé ??? çà c’est coincé !

    Le « Sénégal Propre » ??? C’est un projet plus que pharaonique, un projet plus que gigantesque, un projet plus que titanesque, un projet acadabrantesque (comme dirait Jacquot)… On peut toujours rêver ! En psychologie, on pourra dire que tant que l’Etat sénégalais laissera le Peuple sénégalais dans sa merde, le Peuple sénégalais continuera à s’aimer dans sa merde et en jeter partout en réaction contre les autorités en les accusant de cet état de fait… C’est comme dans un cercle vicieux et hypocrite, sans fin, sans volonté d’y mettre fin, des 2 côtés : Devenir civique et propre pour le Peuple sénégalais, d’un côté, relève faute d’éducation, à de l’utopie, car si tu donnes, un bonbon à un enfant, tu as 99,99 % de chance qu’il jette le papier parterre, même si il y a une poubelle à côté de lui, idem pour les autres générations, sans parler des restes des repas et des cartons jetés parterre pour nourrir les moutons. La notion de ramasser sénégalaise et d’un pays propre n’est pas encore une chose acquise dans les mentalités au Sénégal…Et de l’autre côté, pour l’Etat sénégalais irresponsable, pourri et corrompu, occupé ailleurs, une vraie politique de gestion des déchets et de salubrité publique coûte cher et elle devient donc inutile pour se remplir les poches, même si le peuple peut en crever avec des épidémies types Ebola, comme dans la Guinée toute proche…
    Education, Civisme, Ordre, Discipline et Propreté n’étant toujours pas au programme, nous atteindrons, comme chaque année, le summum du « SENEGAL PAS PROPRE DU TOUT » à la fin de la Fête de la Tabaski avec ses tonnes de déchets non-ramassées dans les rues, les plages et l’Océan ! In chà Allah !
    Je crois que même lui, n’y arriverait pas à rendre le Sénégal PROPRE !

  3. Mielle dit :

    Fidel au Senegal comme pecheur amateur et depuis comme amoureux de ses habitants je vous remercie de votre sévėre lucidité que je partage, malheureusement. A chaque sejour que je fais, je me demande ce que je pourrais faire afin d’expliquer tout le mal qu’ils se font à eux mêmes et au Senegal sans froisser leur susceptibilité où leur fierté que je crois réelle. Mais peux t’on nous français donner l’impression de se comporter encore comme des « donneurs de leçons  » alors que nous avons tant de choses a faire chez nous.!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :