LES TAXES DE L’AIBD

7 réponses

  1. issa gibb dit :

    En valeur absolue ou En valeur relative ou En valeur réelle, la ministre des transports Maïmouna Ndoye Pète-Seck peut s’égosiller à la tribune de l’Assemblée Nationale Sénégalaise devent les députés : Les billets d’avion pour le sénégal sont chers et ils ne sont pas compétitifs pour le Tourisme au Sénégal ! Y-a-toujours pas photo !

    • Bob dit :

      Les tarifs des vols vers le Sénégal ne pourront qu’augmenter car Philippe Bohn (PDG d’Air Sénégal) n’a pas l’intention d’exacerber la concurrence, puisqu’il a conclu un accord de sous-traitance avec Air France. Et qu’en ayant repris les créneaux horaires de Corsair (en les expulsant scandaleusement manu militari avec l’accord des plus hautes autorités de l’Etat Sénégalais !), il a envoyé un signal fort à Aigle Azur (qui avait débuté un partenariat intelligent avec Corsair) pour qu’elle ne déclenche pas la guerre des prix. C’est d’ailleurs regrettable qu’Aigle Azur se contente de vols entre Marseille et Dakar (et donc n’assure plus de départs depuis Lyon) car c’était une bonne alternative aux autres compagnies, avec de surcroît des tarifs en aller simple assez compétitifs.

  2. Nelnel dit :

    Madame la Ministre, malgré le respect que je lui dois, n’a rien compris. Tant que les billets d’avion pour l’Europe seront aussi chers et qu’il n’y aura pas de vols directs reliant les grandes villes de France et Dakar, le tourisme ne décollera pas comme il le devrait. Galère de devoir à chaque voyage transiter par Casa, Madrid, Lisbonne, Bruxelles, etc…. quand on n’habite pas Paris ou sa région. Cela décourage bien des personnes qui seraient intéressées par des vacances au soleil pendant l’hiver français…et je sais de quoi je parle !!

  3. Abdul dit :

    Le billet retour (depuis AIBD) est plus cher que le billet aller, c’est donc qu’il y a un problème de prix.
    Les destinations outre Atlantique depuis le France sont moins chères malgré des distances supérieures.

    • Bob dit :

      C’est vrai, Abdul. Tout simplement parce que la taxe RDIA (pour le financement de l’AIBD) n’est payée qu’au départ du Sénégal. Elle se monte à 54 euros (soit 35.500Fcfa). Une astuce pourrait consister à voler entre Paris et Dakar et d’effectuer le vol retour entre Banjul et Paris. Mais, malheureusement, les Gambiens imposent une taxe dissuasive aux vols en aller simple en sortie de leur territoire. Dommage !
      Je pense que les tarifs des vols ne pourront qu’augmenter car Philippe Bohn (PDG d’Air Sénégal) n’a pas l’intention de pratiquer la guerre des prix, puisqu’il a conclu un accord de partenariat avec Air France. Et qu’en ayant repris les créneaux horaires de Corsair (en les expulsant scandaleusement manu militari avec l’accord des plus hautes autorités de l’Etat Sénégalais !), il a envoyé un signal fort à Aigle Azur (qui avait débuté un partenariat intéressant et intelligent avec Corsair) pour qu’elle ne déclenche pas la guerre des prix. C’est d’ailleurs regrettable qu’Aigle Azur se contente de vols entre Marseille et Dakar (et donc n’assure plus de départs depuis Lyon) car c’était une bonne alternative aux autres compagnies, avec de surcroît des tarifs en aller simple assez compétitifs.

  4. Eddy dit :

    Mme la Ministre est comme d’habitude à côté de ss pompes ou alors elle ne sait ni lire, ni compter…

  5. Bernard dit :

    Elle ne sais pas lire …… ça je ne sais pas ! Mais effectivement, elle ne sait pas compter !! Et on voit les résultats !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :