DÉCÈS D’UN PATRON DE PRESSE IMPORTANT

1 réponse

  1. issa gibb dit :

    Sidi Lamine Niass est né en 1950 à Kaolack et il est décédé le 4 décembre 2018 à Dakar, à 68 ans d’une crise cardiaque… Issu de la grande famille maraboutique tidjane des Niassènes de Kaolack, il était connu pour être le fondateur et le PDG du Groupe de Presse privée Wal Fadjiri depuis 1984 où il se complaisait dans son rôle de Contre-Pouvoir permanent aux gouvernements successifs sénégalais et dans ses envolées d’interprétations religieuses du Coran, écrites dans son Journal qui le faisait ressembler à l’extravagant Salvador Dali plutôt qu’au pieux Teillard de Chardin…

    Sidi Lamine Niass était le petit-fils d’El Hadji Abdoulaye Niass (1844-1922), Grand Commandeur de la Tarîqa Tidjaniyya et fondateur de Léona Niassène à Kaolack au Sénégal en 1910.
    Le père de Sidi Lamine Niass était Khalifa Mouhamed Niass (1879-1959), fils aîné du Grand Commandeur et 1°
    Khalife de Léona Niassène de 1922 à 1959 et la mère de Sidi Lamine était la chérif Aminata Mint Barham, une descendante d’une tribu du Prophète Mahomet ???

    Sidi Lamine Niass était le 10° fils du 1° Khalife Khalifa Mouhamed Niass :
    Ses frères aînés se succèderont à la tête du Khalifat de Léona Niassène… Pas lui, rappelé à Dieu trop tôt !
    – Aboulaye Niass (1906-1991), fils aîné de Khalifa Mouhamed et 2° Khalife de Léona Niassiène (1959-1991).
    – Babacar Niass (1914-1996), 2° fils de Khalifa Mouhamed et 3° Khalife de Léona Niassène (1991-1996).
    – Oumar Niass (1916-2009), 3° fils de Khalifa Mouhamed et 4° Khalife de Léona Niassène (1996-2009)
    – son demi-frère Alioune Niass (1922-2000), 4° fils de Khalifa Mouhamed ne sera pas Khalife, décédé en 2000.
    – tout comme, Ahmadou Borom Ndoucoumane (1925-1988), 5° fils du 1° Khalife qui décèdera en 1988.
    – Ibrahima Khalifa Niass (1932-2017), 6° fils de Khalifa Mouhamed et 5° Khalife de Léona Niassène (2009-2017)
    – Ahmed Tidjani Niass (né en 1940), 7° fils du 1° Khalife et 6° Khalife actuel de Léona Niassène depuis 2017…
    – Araby Niass (né en 1945), 8° fils du 1° Khalife Khalifa Mouhamed est l’Imam de la Mosquée de Léona Niassène.
    – Ahmed Khalifa Niass (né en 1945) 9° fils, homme d’affaires et le politicard très contesté de la famille ***
    – Sidi Lamine Niass (1950-2018), 10° fils, PDG du Groupe de Presse privée Walf Fadjari qui vient de nous quitter.
    – Bachir Niass (né en 1955), 11° fils du 1° Khalife Khalifa Mouhamed et Vice-Iman de la Mosquée de Léona Niassène…

    Sans omettre que l’oncle de Sidi Lamine , Cheikh Ibrahima Niass (1900-1975) dit « Serigne Baye Niass », 9° fils du Grand Commandeur Abdoulaye Niass et jeune demi-frère du 1° Khalife Khalifa Mouhamed (père de Sidi)s’autoproclame héritier de Cheik Ahmed Tijani Chérif, le fondateur de la Confrérie Tidjane à Fez au Maroc en 1782 … Baye Niass fonde de la Faydha Tidjaniyya et construit la Mosquée de Médina Baye à Kaolack en 1930… Opposant systématique aux mesures laïques de Senghor, il favorise les relations avec les organismes islamiques internationaux et intervient politiquement dans les pays africains et arabes… Serigne Baye Niass décède en 1975 à Londres et il est enterré à Kaolack… Son secrétaire et gendre auquel il fait épouser sa fille aînée Fatimatou Niass , lui succède à la tête du mouvement Faydha Tidjaniyya :
    – Cheikh Aliou Cissé (1900-1982) est le 1° Iman de la Mosquée Médina Baye (1945-1982) et le 1° Khalife de Médina Baye (1975-1982)… Puis les fils de Baye Niass se succèderont au Khalifat :
    – Abdoulaye Niass Ibrahima (1928-2001), fils aîné de Baye Niass et 2° Khalife de Médina Baye (1982-2001)
    – Ahmed Dame Niass (1930-2010), 2° fils de Baye Niass et 3° Khalife de Médina Baye (2001-2010)
    – Ahmad Tijani Niass (né en 1932), 3° fils de Baye Niass et 4° Khalife actuel de Médina Baye, depuis 2010…
    Tandis que les fils d’Aliou Cissé se succèderont comme Imans de la Mosquée de Médina Baye-Kaolack :
    – Hassan Cissé (1945-2008), fils aîné d’Aliou Cissé et 2° Iman de Médina Baye (1982-2008) qui emploiera sa vie à la Protection de l’Enfance et à lutter contre l’exploitation des enfants talibés au Sénégal, en vain !
    – Tidiane Cissé (né en 1955), 2° fils d’Aliou Cissé et 3° Iman de la Mosquée de Médina Baye, depuis 2008.
    – Et j’ajoute Mahi Aliou Cissé (né en 1964), 3° fils d’Aliou Cissé, professeur et directeur d’études aux Etats Unis, bardé de diplômes… Pas beaucoup de cons chez les Cissé de Kaolack !
    Où comment une famille maraboutique séparée en 2 branches Léona Niassène et Médina Baye ont mis en coupe réglée la Tidjanie à Kaolack où les mourides peinent à s’imposer malgré leurs 2 mosquées…
    Le mouvement Faydha Tidjaniyya de la Médina Baye est riche, solide et structuré autour de son Khalife dans la foi musulmane et il compterait plus de 100 millions d’adeptes dans le Monde… Au contraire, de la désunion et les querelles incessantes des frères de Léona Niassène qui défraient la chronique jusqu’à contester la légitimité de leurs frères Khalifes pour être Khalife à la place du Khalife… Pas très sérieux et religieux, tout çà !

    Mais revenons à notre défunt, Sidi Lamine Niass, après avoir installé son grand cadre familial : Après ses études au Sénégal et un diplôme d’enseignant, Sidi Lamine part en Egypte pour apprendre l’Arabe…
    A son retour au Sénégal, il n’aura de cesse de réhabiliter la langue arabe au Sénégal au détriment de la langue française, officielle au Sénégal… Le Président Léopold Senghor le jettera quelques jours en prison comme rebelle à s’en prendre aux intérêts français au Sénégal où son frère Ahmed Khalifa Niass excelle jusqu’à brûler le drapeau français en 1982…
    Sidi Lamine se lance ensuite en politique et devient le conseiller du Président Abdou Diouf et s’attèle à augmenter les relations diplomatiques du Sénégal avec les pays arabes, surtout avec les pays arabes du Golfe et se positionne comme grand défenseur de la cause palestinienne…
    En 1984, journaliste, il fonde le Groupe de Presse privé Walf Fadjiri qui a fait de lui, un personnage incontournable au Sénégal… Mais très vite, ses relations avec le président Wade se grippe et il se tourne vers un Contre-pouvoir permanent avec des saccages de ces bureaux par les copains Wadiens…Sidi Lamine finit par faire du contre-pouvoir pour faire du contre-pouvoir sans grande utilité comme pour son « Non » systématique à la réforme constitutionnelle du mandat du Président face au « Oui » de Macky Sall qui lui vaudra une nouvelle attaque de ses bureaux par les soutiens Salliens de l’APR… Mais comme, il aimé se vanter : « Je donne la parole aux sans voix »…
    Je veux garder de lui, son côté d’évaporé avec ces histoires religieuses écrites dans son journal, tirées généralement du Coran qu’il transformait souvent à sa guise, avec les suites de semaines en semaines, en se perdant dans des pensées philosophiques, ses envolées simplistes, parfois infantiles ou ridicules, si confuses et tordues qu’on ne se souvenait pas du début du texte…Mais pas désagréables à lire car le gus avait une bonne plume, comme on dit !

    Sidi lamine n’est plus ! Mais déjà les frères Niass s’excitent autour de l’héritage : Qui va prendre en mains le puissant Groupe de Presse privé Walf Fadjiri ???… Son frère Ahmed Khalifa Niass, est rentré précipitamment de l’étranger…Il accuse que la mort de son frère Sidi Lamine est du à un maraboutage ???… Que les ouvriers du journal Walf Fadjiri ne s’inquiètent pas car il va payer tous les alaires et toutes les dettes du groupe de Presse ???… Alors que le fils aîné de Sidi Lamine et héritier logique, Khalifa Lamine Niass et Camara, son Directeur de Presse restent dans un silence respectueux du mort…
    Car ce Ahmed Khalifa Niass, frère aîné de Sidi Lamine de la même mère Aminata Mint Bahran est un sacré numéro au sénégal… Anti-intérêts français au Sénégal jusqu’à brûler le drapeau français en 1982… Il devient homme d’affaires avec comme partenaires privilégiés, les émirats du Golfe… Puis, se lance en politique avec Abdou Diouf au début, mais les liens se cassent vite et il est jeté en prison comme opposant et son avocat est un certain Wade… Sorti de prison, il crée son propre parti et occupe de nombreux postes de conseiller et un poste de ministre dans les gouvernements de Wade, devenu président, entretemps… Il se présentera aux élections présidentielles en 2012, mais il se retira finalement en faveur de Wade contre Macky Sall… Mauvaise pioche !… Enfin, il contestera le poste de son demi-frère, le 5° Khalife Ibrahima Khalifa Niass décédé en 2017, allant jusqu’à demander sa destitution et son arrestation ainsi que ses fils pour avoir voler et brûler sa maison et tenter de l’assassiner ???… Une sacrée famille les marabouts de Léona Niassène de Kaolack !

    Sidi Lamine Niass est mort ! Paix à son âme… Gardons en souvenir sa réussite en tant que PDG d’un groupe de presse, sa vision marrante de contre-pouvoir et ses délires d’écritures religieuses dans son journal, plus que faciles quand on a avec une cuillère en or dans la bouche à la naissance dans une grande famille maraboutique… Pardonnons ses attaques contre la Langue Française pour imposer l’Arabe au Sénégal et son oubli total de la souffrance des Enfants Talibés dans l’Esclavage de la Mendicité forcée au Sénégal… Car, il y a au Sénégal, des marabouts beaucoup moins intelligents, plus corrompus, intégristes radicaux et esclavagistes d’enfants que le défunt Sidi Lamine Niass ! Inch à Allah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :