LIRE C’EST S’INSTRUIRE

5 réponses

  1. issa gibb dit :

    Prendre comme prétexte, le manque de temps pour lire, relève de l’hypocrisie ou de la simple volonté de ne pas vouloir lire… C’est inaudible, puisque la base de lire un livre, c’est quand on peut, où on veut : Un livre peut se lire d’une traite ou 1 page par jour, sur un banc dans un parc public, en train, dans un avion, sur la cuvette des WC que certains affectionnent…
    Le seul problème pour ne pas lire un livre, c’est de ne pas savoir lire … Comme encore 70 % des sénégalais à qui on a sacrifié cet enseignement de base et ce qui est honteux pour un pays qui reçoit des subventions internationales pour l’éducation des enfants… Chercher l’erreur ! Même si on sait où çà passe…
    Un autre problème se greffe à la lecture d’un livre, c’est de comprendre ce qu’on lit… Il faut donc s’attaquer à des livres de son niveau et y aller doucement, de découvertes en découvertes à son niveau de compréhension… S’attaquer au « Banquet » de Platon ou aux « Illuminations » d’Arthur Rimbaud en première lecture peut amener à un désamour de la lecture…
    Il y a un autre problème, qui est le mien : c’est de ne plus se souvenir de ce qu’on a lu dans les pages précédentes et d’être en permanence, obliger de revenir sans cesse, relire les pages passées et c’est à force, fatiguant… Si bien que je n’ai pas pu finir les « Versets Sataniques » de Salman Ruschdie, malgré plusieurs tentatives et que je suis resté coincé à la page 347 du Monde de Sophie de Jostein Gaarder et que je ne sais toujours pas qui a écrit les lettres à Sophie pour l’initier à la Philosophie ???

    J’ai beaucoup plus de facilité à lire sur Internet et je suis un partisan de la numérisation de tous les livres… Sans fermetures ou détruire les lieux de lecture comme les bibliothèques nationales ou de quartiers, lieux de rencontres et des découvertes… Mais assurer la sécurisation sur support informatique des œuvres littéraires en
    supports livres… Car la Bibliothèque d’Alexandrie a bien brûlée par la faute non volontaire de Jules César ou les autodafés des œuvres littéraires juives perdues à jamais à cause du ministre de la propagande nazie, Joseph Goebbels en 1936-1937 en Allemagne doivent amener à sécuriser les Livres pour les générations futures… Et permettre aussi à ceux qui ont peu de moyens pour acheter des livres, de pouvoir lire des livres
    sur leurs supports informatiques, ce qui est appelé technologie par Seydina Aba gueye d’Afrique.com et qui doit être employé à refaire découvrir la lecture à la jeunesse sénégalaise, malgré la censure annoncée d’Internet par la gouvernance arriérée et complètement larguée sénégalaise.

  2. Pdp dit :

    La lecture commence au primaire et il faudrait déjà que les écoles sénégalaises disposent d une bibliothèque et d instituteurs qui aient envie de s occuper de faire lire leurs élèves. C est un gros problème auquel je me heurte dans les écoles en casamane. Il faut ajouter qu avec des classes à plus de 30 élèves (je suis gentille sur le nombre plutôt 50),on ne peut pas dispenser un bon apprentissage de la lecture. Et puis à la maison la majorité des parents ne savent pas lire. Bref article sans intérêt parce qu’il ne colle pas à la réalité du terrain

    • issa gibb dit :

      Je suis tout à fait d’accord avec vous…
      Il y un manque flagrant dans la volonté d’apprendre à lire aux petits au Sénégal, à l’école et dans les familles : A l’école parce ce que les classes sont surchargées et que l’apprentissage de la lecture est difficile dans ces conditions… Dans les familles, avec 70 % de la population analphabète, les pères ou les grands frères qui savent lire, ne font généralement aucun effort pour apprendre à lire à leurs petits frères ???

      Pour exemple, touriste moyen au Sénégal où je déteste lézardé sur une plage, j’ai proposé à une famille sénégalaise amie de faire école aux petits non-scolarisés, le matin de 10h30 à 11h30 avec du lait chaud préparé par Abi et des beignets achetés à la mère de Doudou en arrivant, le matin…
      Et le soir, faire la classe de 18 heures à 20 heures aux 28 grands (8 filles et 20 garçons ) âgées de 10 ans à 14 ans, 1 heure de français et 1 heure de maths, chaque soir… Avec un tableau blanc à feutres amené de France et les cahiers et stylos achetés sur place, une vraie petite école improvisée dans l’entrée de la maison avec des bancs et sur des nattes, un lieu de distillation du savoir plus que sérieux !
      Un soir, j’ai décidé de faire un atelier lecture avec 6 bouquins enfantins que j’ai amené pour lire des histoires aux petits du matin après l’alphabet… En cercle avec les grands pour une grosse surprise : A part 2 qui lisent correctement, c’est une majorité qui ânonne copieusement et 3 qui ne peuvent même pas lire une phrase, sans insister car je voyais que ceux qui ne savait pas lire, avaient honte par rapport aux autres… Autre surprise, quand j’en parle aux parents, il sont complètement décontenancés d’apprendre que leurs gosses ne savent pas lire malgré qu’ils aillent à l’école depuis plusieurs années…
      Le lendemain soir, pour prouver mes dires et montrer leurs tristes niveaux en lecture, j’ai fait passé les enfants, un à un, avec mon aide dans les hésitations, les erreurs et les silences devant 3 parents qui ont bien voulu jouer le jeu… Les 3 géniteurs étaient tous simplement interloqués du niveau aussi faible en lecture de leurs progénitures… Preuves qu’ils n’ont rien à foutre du suivi de l’instruction de leurs enfants en signant des carnets scolaires où les notes ne leur disent strictement rien, quand ils les regardent …Même si j’ai su plus tard que des parents sont allés voir les maîtres d’école pour leur demander des explications…

      Autre anecdote, après avoir recommandé l’importance de savoir lire et de s’entraider pour apprendre à lire, mon filleul a essayé de maintenir pendant un an, des cours du soir avec des ateliers de lecture… Tandis que j’envoyais régulièrement par colis, des livres de tous niveaux de lecture, des contes de la collection rose au Petit Prince ou au Vol de Nuit de Saint Exupéry, sans oublier les Fables de la Fontaine totalement abandonnées par l’Education Nationale Sénégalaise…
      De retour, en vacances au Sénégal, j’ai demandé à récupérer les livres envoyés pour m’en servir pour les cours du soir et contrôler si ils avaient fait l’effort de les lire ou de les ouvrir ??? … La moitié des livres avait disparue ! L’autre moitié était en charpies avec les couvertures arrachées par les mères analphabètes (c’est pas leurs fautes !) pour faire des pelles à ramasser les ordures et avec les pages déchirées ou arrachées (pour se torcher le cul, sans doute)… Même le beau dictionnaire de mon filleul, envoyé par colissimo à sa demande pour son anniversaire, avait reçu le même sort des couvertures arrachées et les feuilles déchirées jusqu’au « A »… Faisant disparaître tous les mémentos de grammaire française, les accords des compléments et la conjugaison des verbes des 3 groupes, si importants dans la compréhension de la langue française…

      J’ai piqué une gosse colère envers les enfants et aussi envers les parents, qui me regardaient avec les yeux écarquillés comme des Zombies qui ne comprennent rien à rien surtout quand je leur dis que : « Déchirer ou abimer un Livre, c’est comme si j’arrachais les couvertures et que je déchire les pages du Coran » … En plus du non-respect des cadeaux envoyés, malgré leurs petites valeurs, sauf pour le dictionnaire, un peu plus cher… Ils n’ont toujours pas compris ma colère car on ne peut pas déchirer le Coran au Sénégal, mais on peut déchirer tous les autres livres dans leurs cerveaux ramollis par le Soleil… Comprenant qu’il y avait un grave problème avec l’utilité des Livres au Sénégal, je n’ai jamais plus offert un livre à un enfant ou une famille sénégalaise ! Même si je suis convaincu que la jeunesse sénégalaise ne pourra se sortir de sa misère intellectuelle entretenue que par leur propre volonté à s’instruire dans les Livres ou Internet qui vient d’être censuré par les arriérés députés qui les gouvernent…

      Et ce n’est pas le pompeux Thiam, ministre de l’Education Nationale sénégalaise avec ses écoles qui manquent de tout, sans bibliothèques scolaires, sans Livres et sans Ordinateurs qui nous vantent pourtant son sempiternel « Adaptation des écoliers et des étudiants à l’enseignement moderne ??? » à rien foutre et qui ne va pas s’employer à faire lire sur support Livre ou sur support Numérique, la jeunesse sénégalaise… Trop satisfait de la laisser dans l’illettrisme en 5 ans à son poste de ministre de tutelle de l’Instruction Sénégalaise, pour mieux gouverner un peuple laissé, ignare et soumis et incapable de se révolter malgré toutes les aides internationales pour l’Education des Enfants Sénégalais ??? Chercher l’erreur !
      Effectivement, cet article « Lire, c’est s’instruire » ne colle pas à la réalité du terrain au Sénégal ! Merci qui ?

  3. BRUN Béatrice dit :

    Ce n’est pas mon domaine , l’éducation des Enfants, mais je vis depuis dix ans dans un quartier populaire, religieux, cosmopolite, Senégalais,- Français, (très très peu), – Maliens, Guinéens Conakry, Mauritaniens, par choix personnel.
    Ce que je remarque, c’est l’expansion des daaras dans tout mon secteur.
    Ce que je remarque, c’est que très, très peu d’enfants, parlent le Français et certains ne VEULENT pas parler le Français.
    Des petites jeunes filles, qui avaient un projet de vie professionnelle, se retrouvent enceintes, et adieu,! leurs espoirs s’envolent….
    Des assos sont présentes depuis plus de 18 ans et sont actives, pour lutter contre ce dangereux problème qu’est l’illettrisme.

    • issa gibb dit :

      Béatrice, toutes vos constatations sur le terrain au niveau de votre quartier confirment toutes mes dénonciations de ce qui se passe au niveau national au Sénégal ! Y-a-pas photos…
      – De plus en plus de daaras, donc de plus en plus d’enfants talibés esclaves dans la mendicité forcée…
      – Disparition de la langue française jusque dans les écoles et développement de la haine anti-française…
      – Viols & Mariages forcés pour des fillettes mineures qui deviennent esclaves sexuelles de maris adultes pédophiles, esclaves ménagères de la 1ère femme marâtre, avec un avenir brisé pour toute sa vie…
      – Et de nombreuses Associations qui luttent contre tout cela, avec un gros bémol :
      Certaines Associations profitent cyniquement de ces situations pour vivre au Soleil du Sénégal avec des subventions et des dons internationaux , avec des bureaux et des 4X4 flambants neufs, en particulier, certaines Associations qui croient s’occuper du sort des talibés et en vérité, elles entretiennent et favorisent l’abject trafic d’enfants en leur venant en aide aux talibés, tout comme est fautive, toute la population sénégalaise qui profite de ces petits bras à tout faire pour quelques pièces…
      Ces Associations qui nourrissent, soignent ou font jouer les enfants talibés, n’empêchent pas que les enfants talibés continuent à mendier dans les rues pour les marabouts, alors que le but ultime est de sortir les enfants de la mendicité de la rue, en faisant condamner à la prison ferme, ces marabouts qui les font mendier, avec des assistants sociaux et des avocats juridiques spécialisés dans la maltraitance d’enfants…
      Tout comme, si des Associations compétentes et actives comme vous le dites, s’attacher à sensibiliser la population à ne plus rien donné, argent, riz, huile, sucre, etc… (sauf, les faire manger sur place et encore pour la raison citée ci-dessous), les marabouts se retrouveraient sans ressources, avec des talibés affamés et dans l’obligation des les ramener dans leurs familles et le problème talibé, la Honte du Sénégal disparaitrait en quelques mois…
      C’est une question de Volonté et de Responsabilité qui n’est toujours pas comprise par trop d’Associations parce ce que les marabouts ne pourront tapés et tabassés à mort tous leurs talibés parce qu’ils ne leur ramènent plus d’argent ! Pourtant la fin de l’Esclavage des Talibés doit passer par là…
      Une guerre pour détruire la véreuse économie lucrative des Marabouts par la mendicité des talibés par tous les moyens, jusqu’au rétablissement de la Peine de Mort pour les Marabouts Esclavagistes réfractaires…

      Les lois sont là : Interdiction de la mendicité en 2005,… Ratification de l’interdiction de l’exploitation des Enfants et des groupes vulnérables en 2013,… Retrait des enfants mendiants de la rue en 2016, avec très peu de résultats jusqu’ici…. Qu’on les applique ! Ou on arrête 10 Marabouts intransigeants sur l’exploitation des Enfants Talibés au nom du Coran… On les aligne contre le mur et on ouvre le feu au nom de la Désobéissance Nationale… (On assassine bien les Opposants politiques dans les prisons sénégalaises de cette façon)… Le peuple sénégalais habitué à la lâcheté ne bougera même pas et l’élimination des marabouts esclavagistes d’enfants talibés ne sera qu’une plus qu’une formalité dans les esprits, puisque ce brave peuple dit que c’est du ressort de l’Etat et pas du ressort du Peuple ???…
      Sans leurs maîtres tyranniques éliminés, les talibés sont renvoyés dans leurs familles ou placés dans les 64 vraies Ecoles Coraniques modernes, contrôlées par l’Etat sénégalais et des comités de quartiers, aidés par les Associations Humanitaires plus utiles et plus ciblées, sans plus jamais de mendicité et avec l’apprentissage du Coran combiné avec l’apprentissage de la lecture, de l’écriture du calcul et du savoir de base qui remplaceront les daaras maltraitantes des marabouts pourris qui ont disparu de la surface de la terre pour avoir fait tant de mal aux Enfants Talibés, au Sénégal et à l’Islam !
      Il faut sauver les Enfants Talibés, par tous les moyens…. Le Mal et la HONTE ont assez duré !

      Quand aux Associations qui lutte contre l’Illettrisme au Sénégal, çà ne peut pas faire de Mal dans un pays qui a une population tenue à 70 % d’analphabétisme et où 37 % des enfants sont scolarisés dans une Education Nationale Sénégalaise de moins en moins performante et professionnelle…
      On ne va pas cracher dans la soupe, en ce qui concerne l’Illettrisme au Sénégal, même si toutes ses tares y sont liées…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :