BALANCE TON SAÏ SAÏ

3 réponses

  1. Xx dit :

    Bravo Madame Ndèye Fatou Kane pour ce « réquisitoire »… qui (à mon avis) restera malheureusement lettre morte, sauf exception, parce que :
    1° les hommes ont toujours raison, 2° ils ont tous les droits, 3° les femmes ne sont pas vraiment respectées (sauf bien entendu les mères de ces hommes-là, placées sur un piédestal lorsqu’elles ont atteint un âge vénérable), 4° les femmes ou jeunes filles « le cherchent bien » en s’habillant de façon provocante (!) et en aguichant l’autre sexe à longueur de journée (!).
    Tel est le raisonnement de beaucoup d’hommes qui se croient « naturellement » supérieurs aux femmes sans lesquelles pourtant ils ne seraient rien. Et c’est ainsi hélas dans de nombreux pays.
    Pour mémoire : on ne choisit pas son sexe… chaque être humain compte 23 paires de chromosomes : 22 paires sont parfaitement identiques ; SEUL UN CHROMOSOME de la 23ème paire détermine le sexe du bébé à naître, autant dire « peanuts »…

  2. rico dit :

    C’est peut-être une société malade…

  3. issa gibb dit :

    Une société, plus que malade !
    Où les hommes ont les hémisphères cérébraux dans les testicules et les testicules dans le cerveau et qui ne cherchent qu’à consommer des femmes de plus en plus jeunes, jusqu’aux fillettes de 10-12 ans à peine formées et réglées… Une société masculine très malade qui a le monopole de la supériorité familiale dans le foyer et qui persiste dans une vision rétrograde de la société au Sénégal, en effet….
    Reléguant, les femmes à un statut humain inférieur, aux tâches ménagères et à la garde des enfants, êtres humains soumises, non-libres de leurs décisions, surveillées par la mère matrone, les autres femmes ou humiliées, punis et mises à l’écart par les vieux sages du village au moindre écart de conduite… En plus des branlées qu’elles recevront par leurs maris touts puissants, pour rester dociles et silencieuses…
    Plus une jeunesse très portée sur le sexe que sur les études pour réussir leurs vies, avec des jeunes filles, certes délurées et provocantes, mais très exposées aux viols dans les milieux familiaux et scolaires, en plus des petits copains de passage à cause de leurs connaissances de l’acte sexuel entre adultes par la promiscuité parents-enfants dans l’habitat sénégalais…
    çà baise jeune ou vieux au Sénégal ! Et souvent des vieux avec des jeunettes plus ou moins consentantes, avec comme résultats, beaucoup de grossesses cachées par les familles et beaucoup d’enfants hors mariage et non désirés… Ce qui fait les choux gras des marabouts sénégalais, car plus il y a de gosses, plus ils auront d’enfants talibés à jeter dans l’enfer de l’esclavage de la mendicité forcée pour s’enrichir…
    Comme dans un cercle vicieux sans fin ! Dans une société archaïque, non-civilisée, inhumaine et très malade de la bite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :