MERCI!

9 réponses

  1. issa gibb dit :

    Magnifique ! Des bancs, des tablettes pour écrire, un tableau et des craies, des cahiers, des crayons avec une gomme au bout, des taille-crayons, des petites règles et des ardoises…
    Et l’école de Baba pour les enfants de Saly Koulang existe tous les soirs, au contraire de l’école publique où les maitres sont en grève 4 mois sur les 8 mois scolaires.
    Chercher l’erreur ?

  2. zette73 dit :

    Tien….. mon article a disparu ?
    je demandais ,si le propriétaire du 4×4 a l’entrée du chemin participait !

  3. zette73 dit :

    Mon commentaire de se matin devait déranger
    des enfants dans la misère !et derrière un gros 4×4
    la aussi cherchez l’erreur…………. Issa Gibb

  4. issa gibb dit :

    Il n’y a pas d’erreur, c’est la réalité. La richesse côtoie la misère au Sénégal, particulièrement à Saly Koulang ou Coulang. Dans cette station balnéaire, il y a de nombreux 4X4 rutilants, appartenant à des résidents toubabs, mais aussi à des politiciens, des religieux, des journalistes stars de la télé, des sportifs, lutteurs et autres sénégalais friqués qui regardent le peuple avec arrogance et dédain parce qu’ils ont réussi et beaucoup ne participent pas à aider leurs frères défavorisés. Beaucoup plus de 4X4, le week-end à cause du Casino.
    Mais ce n’est pas pour cela, que l’on doit ignorer les efforts gratuits de ce maître d’école de la rue dont le bénévolat est reconnu depuis un certain temps à Saly, face à l’abandon d’instruire les enfants par les professeurs des écoles publiques et pire, le refus d’instruction des enfants talibés par les marabouts dans les daaras. On ne peut pas, dans ce cas, cracher dans la soupe !
    Sur la photo, ce n’est qu’un propriétaire qui a garé son 4X4, devant chez lui et à côté, son voisin, le maitre bénévole fait l’école aux enfants du quartier. Peut être, il aide , peut être il n’aide pas ??? Peut être, il fait travailler la femme du professeur de la rue, ce qui permet de faire manger toute la famille ??? Peut être, il ferme les yeux à la misère, pour aller en boîte de nuit, tous les soirs et profiter de la misère en se payant des putes ??? Ainsi fonctionne Saly, riches au milieu des pauvres, les uns à côté des autres avec les regards dans un seul sens.
    Le 4X4, on s’en fout ! Ceux sont les enfants qui comptent et petite goutte dans l’océan ou juste parmi les justes, c’est l’homme maître bénévole qui amène les enfants sur les chemins du savoir.

  5. zette73 dit :

    Issa
    je suis tout a fait d’accord avec toi ,mais j’ai trouver la photo choquante
    je vais a Saly depuis 14 ans … je connais tout se que tu dis .
    je ne fais pas parti de ses toubabs la
    je fais parti des ( Pompiers Humanitaires Solidaires ) on fait beaucoup pour le Sénégal
    mais on ne peut pas tout faire

  6. Messant dit :

    Moi aussi je suis toubab mais je fais du bénévolat chaque jour à la pouponnière dM’bour et je ne m’arrête pas aux voitures. Je trouve l’initiative de ce maître super .

  7. Luc dit :

    Continuez vos dons pour l’école de plein air de Koulang. Il y a des besoins. La polémique on s’en fout….
    Le jour ou il n’y aura plus de 4 x 4 à Saly, alors il n’y aura sans doute plus d’initiatives, plus d’humanitaire, plus de dons, plus de bonne volonté.

  8. eddy dit :

    En effet les 4×4 on s’en fou ,ce qui compte ce sont les gosses et on ne peut qu’encourager ce professeur qui donne son temps gratuitement c’est tellement rare au Sénégal ,le service aux autres sans contre partie n’existe pas alors encourageons le ,d’autre part on ne peut pas donner partout !!! personnellement je fais dans mon village et beaucoup font comme moi avec leur voisin ,moins il y aura de 4×4,et moins d’aide il y aura ,il ne faut pas rever!!!!

  9. Xx dit :

    Allons allons… ce n’est pas parce qu’on conduit un 4×4 qu’on n’a ni coeur, ni générosité, ni bienfaisance vis-à-vis des autres. Et ce n’est pas parce qu’on ne conduit pas de 4×4 qu’on possède forcément ces qualités humaines…
    S’écarter du sujet est un vilain défaut (hélas fréquent, donc pardonnable !) : l’article fait honneur à Baba, qui dispense des cours gratuitement aux enfants, en plein air, dans une petite rue bien propre ; et sa « petite école » est bien fréquentée : il y a au moins 30 élèves là, sur la photo, et c’est çà qui est important ! L’article fait honneur aussi aux donateurs : bravo à eux pour ces bancs, ce beau tableau noir… et l’espoir donné à ce brave Baba et à ses élèves !

%d blogueurs aiment cette page :