PETROLE: SAGES CONSEILS…

2 réponses

  1. Candide dit :

    Le Nigéria effectivement a connu et connaît encore des déboires dans ce domaine. Le Sénégal a d’autres pays amis producteurs de pétrole, à même de le mettre en garde, pour d’une part éviter les écueils et erreurs dont certains ont fait les frais, et d’autre part élaborer des stratégies permettant la mise en place d’une véritable politique de progression économique et sociale pour le bien du pays et de sa population, ce qui entre tout à fait dans l’objectif du PSE. On apprend toujours -si on veut bien y prendre garde- des erreurs des autres, pays producteurs de pétrole… ou pas.

  2. Candide dit :

    EN VERITE AVEC CKEIKH HAMIDOU KANE – ECRIVAIN : ‘’Comment bien gérer le pétrole et le gaz…’’
    Publié le 6 octobre 2016 – http://www.enqueteplus.com/content/en-verite-avec-ckeikh-hamidou-kane-
    Du pétrole et du gaz viennent d’être découverts au Sénégal. Comment le pays devrait-il se comporter pour que ces richesses ne deviennent pas source de conflit ?
    Le Sénégal doit tirer les leçons des mauvais exemples que nous donnent actuellement les pays africains qui possèdent du pétrole. Bien qu’ils disposent de quantités importantes, ils continuent d’avoir une population pauvre, mal soignée. Parce que les ressources pétrolières ne rapportent pas grand-chose à ces pays. Aussi, elles sont gérées par des multinationales étrangères. Alors, à mon avis, il faut mettre en place une gouvernance propre au Sénégal. Et pour le moment, il faut se féliciter d’avoir découvert ces quantités importantes de gaz et de pétrole. Il faut que le Sénégal et la Mauritanie se concertent dans la gestion. D’ailleurs, je crois que nous en prenons la direction. 
    Quel type de gouvernance préconisez-vous pour la gestion de ces richesses ?
    On peut s’inspirer des pays notamment les Scandinaves qui ont des richesses en hydrocarbures. Ils ont mis en place une gouvernance qui permet de gérer ces ressources au grand bonheur de la population. Donc, il faut qu’on s’inspire de ces exemples, plutôt que des pays africains possesseurs de pétrole ou de gaz, et qui ne font pas le nécessaire. On doit faire confiance aux responsables politiques. Parce qu’ils connaissent le secteur. De ce point de vue, rien ne doit l’empêcher de mettre en œuvre une gouvernance propre à l’exploitation de ces richesses. On doit permettre ainsi au pays de disposer d’un outil que les gouvernements qui ont précédé le régime de Macky Sall n’ont pas eu à faire. A cet égard, il a tout intérêt à jouer ce rôle. Et on peut lui faire confiance.

%d blogueurs aiment cette page :