SALY VA SE NOYER

8 réponses

  1. LAMY dit :

    Tant mieux si la construction de brise lames est enfin envisagée car je vais 2 fois par an au Palm Beach et avec tous les efforts humains pour contenir le sable et l’eau de mer, j’ai bien peur que la nature gagne du terrain et qu’effectivement les plages soient submergées, alors si les travaux peuvent vraiment commencer ce sera un plus pour la station de Saly et permettra j’espère aux touristes de revenir …

  2. oyster dit :

    le palm beach était très agréable,mais il semblerait que la baisse d’activité donne une image en forte baisse au niveau des prestations ?

  3. Lola diolla dit :

    Des milliards et des milliards toujours.
    Mais où est-ce qu’elle est passée cette enveloppe?
    Le peuple se revoltera un jour comme dans certains pays.
    C’est inadmissible.
    Certains dirigeants ne pensent qu’à eux. On devrait dépasser ce stade de voler en flagrant délit. Tout est permis.
    Certains me diront que c’est partout comme ça mais ce n’est plus possible de rester passif face à ce phénomène.
    Tunisie, Lybie, Égypte, Brésil parmis d’autres.

  4. Ndiaye dit :

    Sodome et Gomorrhe! L’histoire se répéterai t-elle ???
    Moi président…

  5. jacobus dit :

    Dès le départ du projet, il aurait fallu demander des expertises et des conseils par les Hollandais . Eux sont très compétents dans les digues et brises lames. Leur pays est majoritairement sous le niveau de la mer du nord mais possède quand même plusieurs centaines de kilomètres de belles plages

  6. oyster dit :

    La différence est que la hollande utilise l’argent et son expérience pour faire des travaux d’une qualité non critiquable .

  7. Xxx dit :

    Toi Président… par ton mauvais esprit tu brûlerais sans doute déjà dans les feux de la Géhenne, comme brûlèrent par une pluie de souffre et de feu les deux villes bibliques de Sodome et Gomorrhe.
    La ville de Saly, qui, elle, n’est pas biblique, est menacée par la mer… faute d’initiative et de réelle volonté de protéger la zone côtière qui s’érode à tout va en raison de la montée des eaux de l’Océan Atlantique. Rufisque, Saint-Louis, Kafountine, etc… ne sont pas protégées non plus… pas plus que la côte de Casamance.
    Ce n’est pas extrêmement gravissime pour les résidents étrangers, qui auront toujours la faculté de “rentrer chez eux”, suivant ainsi les conseils maintes fois prodigués par certains autochtones bien ou mal intentionnés, je ne saurais le dire, lesquels manquant hélas cruellement d’arguments autrement fondés s’en tirent par cette riposte imparable !
    Quant aux pêcheurs locaux, ceux qui vivent (encore) des produits de la mer et de leur pirogue, ils pourront toujours se recycler dans l’élevage de moutons pour la Tabaski, ce qui suppose, bien entendu, une “émigration locale” non choisie vers l’intérieur des terres, arides ou pas, puisqu’ils auront perdu à la fois leur maison effondrée dans les flots et leur source de revenus.

  8. issa gibb dit :

    Ndiaye copieur, tu as oublié Jéricho, Babylone, Carthage et la Tour de Babel.

%d blogueurs aiment cette page :