POISSON RARE A MBOUR

2 réponses

  1. olivier dit :

    On vous avais prévenu ! Continuez à ne rien respecter et bientôt il n’y aura vraiment plus rien !

  2. issa gibb dit :

    Exact, nous n’avons pas arrêtez d’avertir des méfaits de la surpêche. Ne pas rejeter les petits poissons à la mer, ne pas respecter les périodes de reproduction, ne pas respecter les espèces de poissons et aucun contrôle étatique sur la surpêche nous ont amené à cette situation. Sans oublier les tankers à double fonds Russes sous Wade, puis les mêmes tankers Chinois sous Macky Salll qui ont pillé pendant des années nos bancs de poissons en ne déclarant que la moitié de leurs pêches avec leurs de stratégies de bateaux à double fonds, est l’autre explication de la situation appelée surexploitation des ressources halieutiques. Tout le monde le savait, mais personne n’a rien fait. Le mal est fait, chute de 42 000 tonnes à moins de 5000 tonnes à Mbour, premier port de pêche du pays. Les bancs de poissons ne peuvent plus se reproduire suffisament. Encore, une fois le Sénégal se distingue par son incompétence à gérer ses ressources et son avenir. Après avoir coulé son tourisme, deuxième secteur de l’économie, voilà que son premier secteur économique, la pêche donne des signes prévisibles d’agonie, entrainant les maux d’une plus grande misère pour son pauvre peuple. Les sénégalais dans leur marche vers le néant, vont finir par bouffer du sable et des cailloux et augmenter l’érosion côtière car les 8750 tonnes de riz offertes par le Japon, le mois dernier ont déjà disparues. Le pétrole, le premier baril en 2021, le temps de connaître la famine et mourir de faim.

%d blogueurs aiment cette page :