AMOUL VIEUX PRESIDENT

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. issa gibb dit :

    Très bonne idée ! Place aux jeunes pour diriger un pays de jeunes vers le modernisme. Cette idée devrait être appliquée à tous les corps de l’Etat. Pas de vieux maires, plus de vieux députés, pas de vieux généraux d’armées, de vieux diplomates, de viels ambassadeurs, etc… Les papis à la retraite et du boulot pour les jeunes. Il ne faut pas s’accrocher au poste, il ne vous appartient pas. Il faut laisser la place aux jeunes, avant qu’ils explosent et se révoltent comme en Tunisie et autres coins de la planète…
    L’excellence serait d’appliquer cette idée, aux multiples khalifes confrériques, afin de rajeunir ces organisations à succession monarchique par droit d’aînesse et avec des structures féodales (marabout/talibé = seigneur/esclave). Ces confréries créées durant la colonisation qui sont devenues un sacré frein au développement du pays par leurs pouvoirs économiques et politiques. Tenant le monopole d’une religion dans les mains de quelques familles qui se marient entre elles pour garder leurs privilèges acquis pendant la colonisation. Des milliers d’hectares, pour leurs aides aux recrutements de soldats sénégalais à l’effort de guerre, terres offertes gratuitement par les colonialistes, au détriment du peuple sénégalais et qui font leurs richesses et leurs arrogances, aujourd’hui.
    Des khalifes de 80 ans, 85 ans, 92 ans et 97 ans qui dirigent la religion de 95% de la population sénégalaise et font des interventions incessantes dans la gouvernance du pays, pourtant République démocratique et laïque.
    Nombreux de ces khalifes ou guides religieux affiliés se permettent des déclarations rétrogrades : le port du voile pour les fillettes à partir de 3 ans, le port du voile intégral compatible au Sénégal pour les femmes, abolir la loi sur l’interdiction de l’excision des petites filles, le refus de l’avortement pour les viols de mineurs et les incestes, les châtiments corporels de la charia (100 coups de fouet pour vol, mesure appliquée encore à Thiénéba et Médina Gounass), le refus du projet de loi sur la modernisation des daaras, le refus de l’enseignement du français (dans la constitution) dans les daaras, des prêches aux dérives fondamentalistes, des apologies des attentats terroristes contre les occidentaux, le retour à la peine de mort au Sénégal….
    Avec toutes ces idées modernes, vous ajoutez leurs arrogances de marabouts « Cadillac » milliardaires, leur dédain des lois républicaines, leurs affairismes concurrentiels par des avantages fiscaux éhontés, l’existence de milices privées armées, le silence sur l’esclavagisme des enfants talibés, la mendicité insistante et dérangeante des baye-fall et les dégradations des thiantacounes envers les biens de la population lors de leurs visites en ville. Comme disait Abou Diouf  » Ceux ne sont pas des religieux, ceux sont des commerçants ». Ces gens ne sont pas des saints. Nombreux se sont égarés de la religion musulmane, dans la soif de l’argent, le luxe, la corruption et la luxure. Et ils se croient INTOUCHABLES.
    Peut être qu’un peu de jeunesse, d’aptitude au poste et de preuves de religiosité serait un bien pour retrouver le chemin de la vraie religion musulmane, face au défi du modernisme contre l’obscurantisme qui tient la population sénégalaise dans la soumission, l’ignorance et la misère, freins de notre développement et au bonheur du peuple. J’ose dire  » les vieux religieux à la retraite pour notre avenir ». On peut rêver !

%d blogueurs aiment cette page :