LE CLIMAT SE MODIFIE

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. dupont dit :

    avant d’essayer de changer le climat, il serait bon de changer les mentalités

  2. Oyster dit :

    Pour les miracles faut voir le bon dieu………..

  3. MARIE dit :

    le problème est mondial!!! la situation climatique change partout, pas grand chose a faire …..LE MAL EST FAIT,

  4. Candide dit :

    Le changement climatique, on en parle depuis plus de 30 ans, et l’avenir n’est pas franchement radieux ! « C’est en 1979, lors de la 1ère conférence mondiale sur le climat à Genève, qu’a été avancée publiquement pour la 1ère fois sur la scène internationale l’éventualité d’un impact de l’activité humaine sur le climat. Le degré de certitude a augmenté dans les rapports de 2007 puis 2013 du GIEC*, qui qualifient de très probable, puis d’extrêmement probable le fait que le réchauffement climatique soit dû à l’activité humaine (probabilité supérieure à 90%)…
    Selon le quatrième rapport du GIEC : en 2004, 49 milliards de tonnes équivalent CO2 sont émises annuellement par les activités humaines, réparties comme suit :
    -la part due au secteur énergétique est de 25,9 %
    -suivie par l’industrie à 19,4 %
    -le secteur forestier à 17,4 %
    -l’agriculture à 13,5 %
    -les transports à 13,1 %
    -les habitations à 7,9 %
    -les déchets et eaux usées à 2,8 %
    La chaleur actuelle se situe dans le haut de l’échelle des températures depuis le début de l’holocène, c’est-à-dire depuis 12 000 ans.
    Le réchauffement climatique pourrait se traduire par un temps plus instable (vagues de chaleur ou de froid, inondations ou sécheresses, tempêtes et cyclones). De plus, d’après le GIEC, la capacité à s’adapter naturellement de nombreux écosystèmes sera probablement dépassée, causant massivement l’extinction des espèces, par la combinaison sans précédent de :
    -changements climatiques provoquant : incendies de forêts, augmentation probable de l’intensité des cyclones, acidification des océans, déplacement des espèces, fonte des glaciers et calottes polaires, impacts économiques et géopolitiques majeurs ;
    -la pression humaine amplifiée par la surpopulation : régression et dégradation des sols (déforestation, barrages, nouvelles cultures et OGM), pollution, surexploitation des ressources.
    Le réchauffement climatique pourrait entraîner des phénomènes de déstabilisation mondiale, qui bouleverseraient les rapports géopolitiques entre les États, et augmenteraient les risques de guerre civile.
    Le réchauffement climatique et son influence sur les changements environnementaux, couplés à des facteurs politiques ou économiques, sont pris en compte dans l’étude d’éventuelles migrations forcées de population.
    La crise écologique conduira à une aggravation des catastrophes. Les institutions en place en seront fragilisées, en particulier dans les pays en développement. Certains États déjà faibles seront incapables d’assurer la stabilité sociale et économique. Les réseaux  »terroristes » pourront profiter du vide du pouvoir et du désespoir des populations pour y prospérer.
    GIEC : Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’évolution du Climat [Organisme intergouvernemental, ouvert à tous les pays membres de l’ONU. Il a pour mission d’évaluer, sans parti-pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique nécessaires pour mieux comprendre les risques liés au réchauffement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation…]. Source : Wikipédia »

%d blogueurs aiment cette page :